THÉRAPIE DE COUPLE

APAISER SA RELATION À DEUX

Dans un couple, l’important n’est peut être pas de vouloir
rendre l’autre heureux. L’important, c’est de se rendre heureux
et d’offrir ce bonheur à l’autre.
— Jacques Salomé —

Vous accompagner
en thérapie de couple

Le couple, quelle que soit son histoire, est un espace hautement investi émotionnellement par chacun des deux partenaires : envies, fantasmes, reproductions, projections, etc. Parfois les attentes de l’un diffèrent de celles de l’autre. Ce sont deux projets de vie, deux intimités, deux individualités qui tentent de créer du « ensemble », avec la volonté « que ça dure » !

Tout vit au rythme des saisons, le couple n’y échappe pas.

Je peux imaginer le printemps d’un couple, au moment de la rencontre quand tout s’emballe et tout foisonne. Vient ensuite l’été quand le couple est à son apogée, que les projets s’imaginent à deux, se concrétisent, se mettent en place : un emménagement, une vie commune, pourquoi pas un enfant, des enfants. L’automne ? Je la vois plus calme, peut-être l’installation d’une certaine « routine » (oui, je sais, c’est presque un gros mot !). C’est aussi la saison de la sérénité et de la maturité du couple. 

Et l’hiver me direz-vous ? Serait-ce la fin du couple ? Je ne le pense pas. Dans la nature, l’hiver prépare la renaissance. En ce sens, la crise que peut traverser un couple, et qui l’amène à vouloir suivre une thérapie de couple, est un peu comme l’hiver : c’est parfois difficile à traverser, et en même temps, du positif peut en sortir … un nouveau printemps !

 

Entamer une thérapie de couple doit être une décision conjointe : c’est le couple lui-même qui consulte. Elle permet de [re]créer de la communication dans la relation, de faciliter la traversée de la crise existante, afin d’envisager la possibilité d’un nouveau printemps, mais également, parfois, de créer les conditions favorable pour une fin d’histoire sereine.

 

L’espoir est que les hommes puissent comprendre ce qu’est « être une femme », et que les femmes puissent comprendre que les hommes ne sont ni à combattre, ni à soumettre. Ainsi, les hommes et les femmes pourront rester des amants.
— Nietzsche —

Comment ça se passe ?

Généralement, c’est l’un des deux partenaires qui appelle pour demander un rendez-vous.

Etant donné que, si nous décidons de travailler ensemble, mon client sera « votre couple », je demande à ce que l’autre partenaire confirme ce rendez-vous.

Ainsi, je sais, que les deux sont volontaires pour s’engager dans un travail thérapeutique.

Cette idée du « deux » et de « l’équilibre » se retrouvera tout au long des séances. Je suis particulièrement attentive à ce que chacun s’exprime et écoute l’autre, afin de [re]mettre de la fluidité dans la communication, et donc dans la relation.

Ecouter, c’est accueillir l’autre avec reconnaissance, tel qu’il se définit lui-même, sans se substituer à lui pour lui dire ce qu’il devrait être.
— Jacques Salomé —


Te rencontrer sans te réduire.
Te désirer sans te posséder. T’aimer sans t’envahir.
Te dire sans me trahir. Te garder sans te dévorer.
T’agrandir sans te perdre. T’accompagner sans te guider.
Et être ainsi moi-même, au plus secret de toi.

— Jacques Salomé, Déclaration des droits de l’homme et de la femme —