Parce qu’il s’agit d’un [triste] sujet de société,
parce que nous pouvons toutes et tous être concernés (victime ou témoin),
parce que j’entends, aussi bien de la part des « agresseurs » que de celle des « victimes » … « c’était pas bien grave ! »
et parce que « si ! c’est grave ! »

Je vous partage cet article issu de «Tout nu», le Dictionnaire bienveillant de la sexualité
— Myriam Duguzan Bernier —

Agression : nom féminin, du latin agressio : attaque
Sexuelle : adjectif, du latin sexualis

Voici un sujet difficile, mais dont il faut absolument parler. Surtout depuis les mouvement comme #MeToo et #BalanceTonPorc. Et même si ce livre se veut le plus inclusif et le moins genré possible, les statistiques de l’Observatoire national des violences faîtes aux femme nous obligent malheureusement à nommer les choses telles qu’elles sont :

— 96% des personnes condamnées pour des violences entre partenaires sont de sexe masculin.
— 99 % des victimes de violences sexuelles enregistrées par les services de police sont des femmes.

C’est quoi une « agression sexuelle » ?

Selon le code pénal :

❝ Constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contraite, menace ou surprise […] La contrainte […] peut être physique ou morale. La contrainte morale peut résulter de la diffrence d’âge existant entre une victime mineure et l’auteur des faits, et de l’autorité de droit ou de fait que celui-ci exerce sur la victime. ❞

Plus simplement :

— Une agression sexuelle peut prendre la forme d’un baiser, d’une caresse, d’un attouchement (un contact de la main sur un sein, sur une fesse ou sur le sexe, par exemple), d’une masturbation ou d’une pénétration.

— Une agression sexuelle peut aussi prendre d’autres formes, dénuées de contacts physiques. C’est, entre autres, le cas du voyeurisme, qui consiste à observer une personne à son insu, alors qu’elle est nue ou partiellement dévêtue. […] C’est aussi le cas de l’exhibitionnisme, qui consiste à montrer ses organes sexuels à des inconnu-e-s, ou à les photographier pour envoyer ces photos à d’autres personnes par texto (Dick pic).

— Une agression sexuelle est un geste fait sans avoir obtenu le consentement de la personne concernée, c’est-à-dire qu’on l’oblige à le subir. La personne qui agresse peut utiliser la force, le chantage, la manipulation ou le pouvoir pour arriver à ses fins.

GESTES GRAVES

Le viol avec pénétration est la forme d’agression sexuelle la plus évidente, parce que sa violence est manifeste. Mais plusieurs autres types d’agressions sexuelles sont également très violents, et peuvent avoir d’importantes conséquences pour les victimes, même s’ils ne sont pas aussi « évidents » à classer qu’un viol. Par exemple, obliger une autre personne à regarder de la pornographie ou la contraindre à montrer ses parties génitales sont des gestes très graves, considérés comme des infraction par le Code Pénal. Ils sont punis par la loi.