On en entend beaucoup parler, mais pour ceux qui ne le vivent pas, cela reste assez flou !
Et c’est tant mieux !
Cela signifie que l’on n’a pas été confronté directement à ce type de personnalité nuisible, destructrice à l’extrême.
Parce qu’une fois que l’on a cotoyé un pervers narcissique, on le sait …
quand on s’en est sorti !

Dans ce domaine, malheureusement, il n’y a pas de prévalence masculine : les pervers narcissiques peuvent être des hommes comme des femmes, des maris et des épouses, des pères ou des mères. Les méthodes, les comportements sont les mêmes, les dégâts aussi.

Faites circuler l’info si le sujet vous parle !

Je vous invite à visionner un court-métrage d’une quinzaine de minutes très bien fait et très explicite.

Je vous conseille aussi pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, un film de 2015 parlant du sujet et montrant à quel point il peut être difficile de prendre la fuite et de se reconstruire : Mon roi de la réalisatrice Maiwenn, avec Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot.

Le premier court-métrage avait été réalisé en 2012. La suite a été réalisée en 2013.